:: News .:. Documents .:. Forum .:. Downloads .:. Bibliographie .:. Liens .:. Contact  :: 


Home
  :. News
  .: Documents
    .: Notions
    .: Protocoles
    .: Sécurité
    .: Architecture
    .: Prog
    .: Systèmes
  :. Forum
  .: Downloads
  :. Bibliographie
  .: Liens
  :. Contact

Chat

  Nickname:


irc: #guill.net

Forum



 
Les accès à Internet  
 

 

Internet est donc simplement constituer de plusieurs réseaux reliés entre eux (Inter-Networks). Pour avoir accès à Internet, il faut que votre poste de travail, isolé, trouve un moyen de se relier au reste du réseau. Il existe trois possibilités différentes sur le plan technique, le RTC, RNIS et l’ADSL.

Réseau Téléphonique Commuté (RTC)

Il s’agit tout simplement d’utiliser la ligne téléphonique classique que chacun à chez soi pour se connecter, par l’intermédiaire d’un modem, à Internet. Ainsi, votre ordinateur utilise le modem, puis le réseau téléphonique, pour appeler un fournisseur d’accès, qui n’est ni plus, ni moins, qu’un ordinateur relié à Internet. Cette liaison téléphonique permet de faire passer des données entre vous et le fournisseur d’accès, et ainsi de pouvoir profiter du plus grand réseau du monde.

Réseau Numérique à Intégration de Services (RNIS)

RNIS, apparu en France avec Numéris en 1980, souffre maintenant d’une désuetude qui était loin d’être évidente à sa sortie. Il s’agit simplement d’un câble vous raccordant à France Télécoms, et permettant, au lieu d’un accès analogique à 56 kbps avec un modem et le RTC, d’avoir un accès entièrement numérique à 144 kbps avec un ERBDB (voir plus haut).

Utilisant la technique du multiplexage de canaux vue plus haut, Numéris consiste à avoir 3 canaux différents en numérique, deux canaux B à 64 kbps (8 bits à 8 kHz) pour les données, et un canal D de 16 kbps pour la signalisation. Un canal de service sert pour le contrôle et la synchronisation du tout. Il n’est pas comptabilisé dans le débit utile. Le débit réel de Numéris est 192 kbps.

Asymetric Digital Subscriber Line (ADSL)

L’ADSL, lui, utilise le multiplexage de fréquence vu plus haut. L’idée de l’ADSL est de faire passer plus d’informations que prévu sur une simple ligne téléphonique en utilisant des techniques de théorie du signal. Le canal téléphonique classique est conservé (de 300 à 3400 Hz). Le canal de l’abonné vers le réseau est plus petit que le canal allant du réseau vers l’abonné. Cela se justifie car la plupart du temps, on reçoit plus d’informations que l’on en envoie.


ADSL : Le haut débit sur le RTC...

Editorial - Le journal des réseaux n°4 - Septembre 2000
Auteur : Frédéric Dumas de la société IDVA

Si vous utilisez régulièrement Internet sur votre ligne de téléphone je suis sur que vous avez dû râler plus d’une fois contre les lenteurs d’affichage des pages, et que pour vous, le téléchargement de logiciel sur Internet se limite aux environs de 20 à 30 Mo. Bien sur, la solution simple de plus en plus courante, est de vous abonner au câble : la ligne de téléphone reste libre et pour 300 à 500 F/mois vous obtenez des débits 10 fois plus élevés que sur le RTC. Mais aujourd’hui, l'ADSL arrive en force sur le marché. L’ADSL (Asymetric Digital Suscriber Line) est une nouvelle technologie qui permet le transport de données à hauts débits sur les fils de cuivre classique du téléphone. Avec l’ADSL vous pouvez obtenir sur le RTC des débits équivalents, voire 2 fois plus élevés que sur le câble (soit de 500 à 1000 Kbps), tout en conservant la ligne de téléphone disponible pendant les connexions (L’ADSL utilise des fréquences différentes de celles du RTC). Alors pourquoi hésiter plus longtemps ?

Que faut il pour profiter de l’ADSL ?

D’abord il faut se trouver dans un rayon de moins de 5 Km d’un relais ADSL de France Télécom, donc si vous êtes dans une grande ville (Nice, Antibes, Sophia Antipolis, Strasbourg, Marseille, Lyon, Villeurbanne, Le Mans, Paris, …), ça devrait aller, sinon, il va falloir patienter mais sachez que même au terme du déploiement, seulement 65 %  de la population sera couverte. Pour savoir si vous pourrez profiter de cette technologie n’hésitez pas à appeler France Télécom (1014). C’est gratuit et il vous dirons tout !

Ensuite il vous faut avoir une ligne de téléphone classique. Numéris n’est pas compatible avec l’ADSL. Il vous faut aussi une carte réseau Ethernet  classique.

Enfin il faut s’abonner chez France Télécom à Netissimo 1 ( même débit que le câble ) ou Netissimo 2 ( double du câble ) et prendre un accès Internet ADSL chez un provider quelconque.

Les principaux avantages sont donc des débits élevés (par exemple en téléchargement 10 Mo en 3mn, un CD de 640 Mo en 3 h avec Netissimo 1), une connexion forfaitaire et la ligne de téléphone toujours disponible (on peut donc rester connecter presque 24h/24). Et par rapport au câble, il n’y a aucune limitation en téléchargement …

Qu’est ce peut vous faire réfléchir devant une offre aussi parfaite ?

En premier lieu, comme je l’ai dit précédemment vous ne pouvez pas forcément y accéder (5km du relais ADSL).

En second le prix, bien que raisonnable, il faut réfléchir à son utilité :
Pour l’ADSL il faut prévoir l’abonnement à Netissimo (265 F / mois pour le 1 ou 700 F / mois pour le 2) avec un engagement sur 1 an minimum, la location du modem ADSL (45 F / mois) et l’accès Internet ADSL chez un provider comme Wanadoo, Club Internet, … qui varie selon le provider entre 120 F et 220 F / mois. Free a arreté son offre ADSL gratuite car France Telecom (incontournable) ne leur offrait aucune garanti de service. Au total c’est donc environ  450 F / mois pour 500 Kbps et 900 F / mois pour 1 Mbps /s sur 1 an. De plus à la mise en service, il faut acheter une carte réseau entre 100 et 200 F (si on en a pas déjà une !) et payer l’installation par France Télécom d’un montant de 775 F. Avec 1 budget de 6300 F la première année, on peut rester connecter un bon moment avec un accès classique, c’est donc la volonté de rapidité sur Internet et surtout de téléchargement illimité qui doit guider votre choix pour l’ADSL.

Enfin, plusieurs détails liés au fait que ce service soit nouveau : interruption régulière des serveurs, mauvais taux de transfert par période, débit non assuré par France Télécom, aucune garantie que le téléchargement ne sera pas limité dans le futur, …

Je pense qu’il vaut mieux réfléchir encore un peu avant de se jeter sur l’ADSL si on n’a pas l’utilité absolu d’avoir des temps de téléchargement très court !

Quelques trucs …

L’ADSL c’est déjà rapide, plus rapide que ce que l’on a jamais vu, mais comme toujours on en veut encore plus. Voici donc quelques trucs pour améliorer votre connexion ADSL.

- Modifier la base des registres (à faire avec précaution) :
L’ouvrir avec regedit et rechercher la clé HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CURRENTControlSet\Services\VxD\MSTC
Puis ajouter l’entrée DefaultRCVWindow, taper STRING VALUE et affecter la valeur 64240 (pour Windows 95) ou 256000 (pour Windows 98)

- Si ce n’est déjà fait passer votre carte réseau en mode half duplex (sur l’icône réseau du panneau de configuration).

- Installer un ou plusieurs de ces sharewares qui permettent même d’améliorer les connexions classiques.
o DownloadAccelerator, MassDownloader, Getright sur www.telecharger.com
o ftp.grolier.fr/pub/simtelnet/win95/inet/mboost21.zip
o hulkmaximyser et hulkreconnector sur www.multimania.com/popcorn99

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’ADSL, le mieux est de se renseigner directement chez France Telecom ou chez les Providers.


L'accès Internet par EDF

Editorial - Le journal des réseaux n°1 - Juin 2000
Auteur : Frédéric Dumas de la société IDVA

Recevoir ses e-mails sur le réfrigérateur et cela sans ligne de téléphone ? Impossible !!! Et bien non, Internet passe partout et même dans des circuits insoupçonnés. En fait, recevoir ses e-mails sur un frigo n’a pas grand intérêt, mais par contre se passer de la ligne de téléphone, du câble, du satellite et même de la radio, cela semblait impossible. Mais avait-on pensé à tous les réseaux existants ? Avant d’aller voir dans l’espace pour communiquer, pourquoi ne pas regarder ce que l’on a déjà ? Quel est le réseau, ou plutôt la toile la plus répandue ?

A cette question on pense de suite au réseau téléphonique, et que pensez-vous du réseau électrique … Des centaines de milliers de kilomètres de câble qui relient toutes les entreprises, les foyers, les panneaux publicitaires, les éclairages publics, … Un réseau câblé tout prêt à relier des millions d’internautes. On en a rêvé, EDF l’a fait : passer des informations sur des lignes électriques existe depuis déjà un certain temps. Pour l’éclairage public par exemple, il n’y a pas un détecteur de lumière par lampadaire mais un central qui, lorsqu’il détecte le soir, envoie une information via le réseau électrique aux lampadaires pour qu’ils s’éclairent. L’exemple est ici volontairement simplifié, mais le principe y était. EDF savait donc faire fonctionner un réseau sur une branche électrique mais ne s’était pas penché sur comment utiliser la toile du réseau électrique et communiquer d’une branche à l‘autre.

Aujourd’hui c’est fait, la technologie développée au centre de recherche et développement de Clamart (92) s’appelle « courants porteurs en ligne ». Le premier test mondial d’Internet via le réseau électrique a été effectué en Grande Bretagne. Récemment, c’est à  une vitesse de 350 Kbps qu’Internet par le réseau électrique a été testé dans un collège de la Manche, et les tests de septembre prévoient des vitesses de 2 à 5 Mbps. Cette technologie proche de l’ADSL pour le réseau téléphonique, utilise le multiplexage fréquentiel. Son gros avantage est qu’elle ne nécessite aucun changement du réseau électrique et peu de matériel du coté utilisateur.

Le principe est simple, il suffit d’un serveur connecté à Internet de manière classique afin de raccorder Internet au réseau électrique. C’est à ce serveur que les « clients » du réseau électrique s’adresseront pour recevoir ou envoyer des informations sur Internet. Pour cela il faut et il suffit que le serveur et les clients installent un boîtier sur la prise de courant. Ce boîtier est une sorte de modem capable de séparer l’énergie de l’information. Pour cela, l’information est en fait injectée sur le réseau électrique à de hautes fréquences ( de l’ordre du MHz ) alors que le réseau électrique a une fréquence de 50 Hz. Une fois les boîtiers installés ( aussi simple que de brancher la prise du modem ) et le pilote logiciel des boîtiers mis en place, l’information circule librement entre le serveur et les clients. Les clients distants peuvent donc accéder à Internet sans prise de téléphone, sans câblage réseau, etc.

Peut être que certains d’entre vous se demandent où et comment on peut se procurer un tel équipement. Patience, ce n’est pas encore sur le marché mais les choses vont bon train. Deux problèmes majeurs se posaient. Le premier était la surchauffe des fils, celui-ci a été résolu. Les normes ont été acceptées par le laboratoire central des industries électriques. Le second est la perturbation radiophonique produite par les hautes fréquences. C’est sur ce problème qu’EDF travaille actuellement.

 




Sondage

Quel est votre connexion à Internet aujourd'hui ?
 
RTC 56Kbps
ADSL simple de 128 à 2048 Kbps
ADSL + Téléphonie (+TV) de 128 à 2048 Kbps
ADSL simple jusqu'à 20Mbps
ADSL + Téléphonie (+TV) jusqu'à 20Mbps
Autres (RNIS, Satellites bi-directionnel...)
Total :
2651

Recherche


Docs
   Pflogsumm (Analyseur de log mail pour Postfix)
   Proftpd (Mise en service d'un serveur FTP avec proftpd sous Linux)
   Openldap (Mise en service d'un serveur LDAP sous Linux)
   Gestion des périphériques en c++ builder (Communication RS232 en C++ Builder)
   Les sockets windows (Windows Sockets : un cours accéléré)

guill.net©1999-2017